Aller au contenu principal du site

Légionelles et brumisation

SÉCURITÉ SANITAIRE

Que l’on parle de brumisation, de nébulisation ou d’atomisation, la taille des gouttelettes diffusées dans l’air (moins de 10  µm) fait de chacun de ces systèmes un vecteur potentiel de la maladie. Cependant pour qu’il y ait un risque significatif, il faut que l’eau brumisée ait été stockée dans des conditions favorables à la multiplication des légionelles :

 

  • pendant une durée suffisante ;
  • à une température comprise entre 25 et 40°C ;
  • dans un réservoir ou une canalisation contenant un biofilm.


Donc il y a un risque de développement bactérien si un système de brumisation reste à l’arrêt un certain temps, et si l’eau qui y stagne est à une température favorable à ce développement.

 

Par exemple, les rampes de brumisation fréquemment installées en extérieur peuvent être exposés aux rayons solaires, il est facile d’imaginer que leur température peut alors s’élever entre 25 et 40°C et y rester pendant plusieurs heures.
Si le système est laissé à l’arrêt pendant 1 mois, le phénomène se reproduira chaque jour (soit 30 fois) et l’eau stagnant dans les rampes sera potentiellement polluée.

 

Bien qu’aucun cas de légionellose du à une installation de brumisation n’ait été identifié à ce jour, les systèmes de brumisation doivent être conçus de manière à réduire les risques au maximum. Notre société a toujours travaillé dans ce sens et propose aujourd’hui à ses clients les systèmes les plus performants du marché.